mardi 7 mai 2019

Utopie et dystopie

Ah, nom de moi-même, quel nombrilisme dans les réseaux sociaux. Ben oui, forcément, à lire les tweets et autres posts dignes d'un comptoir de PMU à l'heure du pastis. Vous savez, les personnes accoudées au zinc qui viennent de cocher, après une analyse poussée et minutieuse du Paris Turf et autres pages hippiques de la PQR, les tickets de paris et qui, l'objectif principal de la matinée atteint, commente les images des télés d'information en continue avec force arguments soi-disant irréfutables. Ben c'est pareil. Nan ? Si !

Petit florilège :
  • un chroniqueur philosophe (un qui dit des trucs), en bisbille avec Jean Luc Mélenchon, trouve le moyen de diviser en portions bien calibrées de 144 caractères, une diatribe plus longue que le plus long des billets de feu mon site Wordpress autour du thème de la représentation symbolique de la pieuvre à travers les caricatures et affiches de propagandes à travers l’histoire. La démonstration amenant à certifier que l’image de la pieuvre doit être assimilée à une image antisémite par essence et par nature. Joli exposé, assez bien documenté même si c’est quand même tiré par les cheveux par certains moments. Bon, jusque-là c’est du standard. Mais non, dans les secondes qui suivent, chaque tweet est commenté par des sympathisants LFI afin de démontrer que non, non seulement l’affiche ne peut être considérée comme antisémite mais que, erreur de jugement inside, la pieuvre est le symbole du capitalisme. Donc acceptable. J’ai eu beau chercher, je n’ai vu aucun biologiste ou naturaliste venir mettre fin au débat en rappelant que la pieuvre n’y est pour rien et que ça serait bien qu’on lui foute la paix. Tout en sachant que la dite pieuvre utilisée par un parti de droite aurait été taxée d’antisémitisme avec la même vigueur et le même empressement avec lesquels ils ont combattu cette analyse. Et on se demande pourquoi les gens votent de moins en moins.
  • Un autre interpelle directement le premier ministre et le président de la république concernant l’urgence de faire quelque chose car 1/6ème des espèces vivantes vont disparaitre dans les décennies à venir ! Procédé louable si on considère que le premier ministre ou le président lit lui-même les tweets dans lesquels il est mentionné. Hum, soit. Mais quel malheurs de consulter la time-line du dit twittos et de constater qu’il adore faire vroum-vroum avec des grosses voitures et motos au moteur surdimensionné, qu’il adore son écran maxi géant dernière génération reçu via livreur mandaté par Amazon, très jolies ses photos de vacances prises à l’autre bout du monde après avoir laissé de magnifique chemtrains dans le ciel (non, je ne suis pas conspirationniste mais la consommation de kérozène, hein ? des vacances à Plouanec en train ? c’est pas mieux ? En remplacement de sa télé précédente tout aussi à la mode mais ne disposant pas de la toute dernière technologie et faisant 2 doigts de moins (des pouces en fait). Je sais que deux doigts de plus ça peut faire une sacrée différence mais quand même. Et je passe sur d’autres comportements tout aussi irresponsables du point de vue écologique. Bref, loin de moi de dire que le président et le premier ministre ne doivent pas agir…mais non de moi-même, il faut commencer par agir soi-même ! Agir tous, et dans tous il y a « je »
  • Encore un, ce dernier hurle qu’il faut absolument arrêter l’exploitation des minerais rares sans bien préciser si c’est pour les enfants qu’on exploite ou pour les espèces vivantes qui en subissent les conséquences. Boycott d’Apple, accusé d’être complice… le tout twitté depuis son iPhone XS. Quand je lui en fais la remarque, il me répond la main sur le cœur qu’il a acheté reconditionné d’occasion donc ça compte pas (en gros). Mais du con, si ça ne se vend pas d’occasion, il s’en vendra nécessairement moins de neuf. C’est le principe de la vente d’occasion type Vinted, Leboncoin, etc... on vend du vieux pour acheter du neuf… ben oui, comme disait Coluche : quand on pense qu’il suffirait qu’on achète pas pour que ça ne se vende plus. Décidément Desproges, Coluche et Luron, vous nous manquez.
  • François de Rugy ce matin qui propose que les entreprises prennent en charge un chèque carburant à hauteur de 50% des coûts engagés par les salariés pour ce rendre sur leur lieu de travail. Au titre qu'elles prennent déjà en charge 50% de l'abonnement transport. Tiens, je pensais que c'était pour justement les encourager à ne plus prendre leur auto? oh et bien on est pas sortis du sable

Bref, le mal de notre société dans laquelle on vit…

Et comme un malheur n’arrive jamais seul…



dimanche 28 avril 2019

Eschatologie et passage du pont de Chinvat

La SNCF et ses retards et autres approximations de communications sont souvent source d'énervement pour nombre des voyageurs réguliers.du réseau ferré. Même si une rapide étude auprès de mes amis et connaissances empruntant le réseau TER m’ont ramené à la bonne mesure des désagréments que je rencontre sur les lignes TGV et Thalys. For marri d’être bloqué prés de notre dame des pommes de terre d’Amiens, nom de moi même (Foutre diable, quelle mouche dépensière a convaincu nos élites de bâtir cette gare desservie pour personne? A oui, le maire d’Amiens a été ministre des transports, j’avais oublié…).
Bloqué donc et désoeuvré, je consulte de manière nonchalante les dossiers de mon compte exchange, supprime d’un clic distrait les mais présents dans le répertoire des courriers indésirables, archive quelques folders dorénavant inutiles et, Ô stupeur, je constate qu’un dossier appelé flux RSS , planqué mais encore présent, affiche une nouvelle entrée. je clique sur les paramètres et constate la présence d’une bonne trentaine de référence dont un nombre important m’est signalé comme « mort ». je supprime donc ces entrées et reste avec une petite dizaine d’enregistrement qui semble actifs…

Fausse joie, le TGV s’arrête quelques centaines de mètres plus loin…je clique donc sur le lien en gras et j’arrive sur le site du Talleyrand Périgord breton. je lis sa prose , comprends à demi mot qu’il a encore changé de coche, m’étonne de voir des noms qui ravivent d’étranges souvenirs, commente d’un esprit distant ses syllogismes approximatifs et ses saillies stériles…puis me rendors…le train redémarre et le réseau étant ce qu’il est dans le désert picard, je change d’écran.
Mes obligations professionnelles assurées, je reprends le TGV dans l’autre sens et, par une boucle dont seule la nature complexe du fonctionnement limbique, je reprends le dossier en question…

Fichtre, le dernier billet de Sharfisher remonte à plus d’un an, le denier de Mama idem…la liste serait longue mais, oui, la vie des blogueurs est maintenant tournée vers autre chose. La bigarrée sphère protéiforme des pisseurs d’articles n’est plus. Titi, belge de nature, avait déjà inventé le seum bien avant Courtois, Ricardo ne semble plus voler au dessus des tables en tennis, Busty ne confond plus les mots, Fred ne cherche plus à financer ses coupes de cheveux improbables, Stefal a rangé son galure, Gum est définitivement collé et sec sur le dessous de la table, Rincevent ne pisse plus au vent, Zaranova ne nous invite plus aux soirées…. et j’en oublie d’autres…

C’est marrant, une tranche de vie, des souvenirs, des poilades, des jeux de mots, des soirées entières à cliquer pour grinder, des heures de train pour écrire, des pugilats par billets ou commentaires interposés… mince, il parait que j'ai publié il y a une semaine...

J'ai ouvert mon compte Facebook et je constate qu'il y a encore une vie poker :)

Tiens, j’ai le blues.



lundi 18 février 2019

Rouge Jaune Brun

Ils commencent à me gonfler sévère les GJ (gilets jaunes, pas le Stade Grimonprez-Jooris, théâtre des exploits...euh théâtre des matchs du Losc).

Autant j'avais de la sympathie pour le mouvement spontané qui rappelait à nos élites qu'en bas, c'est pas Byzance (rappelez vous Coluche et sa candidature aux élections présidentielles de 1981) autant l'enchaînement sans fin des manifestations le samedi (Acte X et tutti quanti) avec son cortège de dégradations, d'incivilités et d'insultes à caractère pas inadmissible (j'avais commencé la liste mais elle est trop longue - j'ai comme l'impression qu'ils ont pris la liste et qu'ils les cochent au fur et à mesure), ça commence à bien suffire!

Quand en plus, il faut vérifier sur Hoaxbuster chaque thread, chaque post, chaque tweet pour s'assurer qu'ils n'ont pas (encore une fois?) menti? ca en devient pénible.

A part, les gestes désespérées de nageur qui se noie de JLM, il n'y a plus rien à tirer de ce croupion de manifestants. Les gilets jaunes sont entourés de rouge sang (chauffés à blanc) et de brun (dans le nord, ça a aussi un autre sens) et dans mon esprit :

le jaune cerné de rouge et de brun n'a jamais fait un drapeau tricolore (elle n'est pas de moi, elle est reprise d'un tweet  cf ci aprés)


En cette période de commémoration des 150 ans de la mort de Lamartine, autant leur rappeler ce qu'il a dit sur le perron de l'Hotel de Ville de Paris

vendredi 15 février 2019

La ligue du LOL

Étrangement, l'infecte polémique sur la ligue du LOL et les journalistes (ou apprentis) qui s'y sont fourvoyés m'a ramené à mes années de blogueur Poker. Après les traditionnels nausées que font naître ce type de comportement, vient la sainte horreur de voir qu'après le lynchage en meute, thème de la dite polémique, arrive le lynchage des lyncheurs...forme de catharsis moderne, principe moderne et réseau social de la loi du talion.

Bon, je vais pas pleurer sur les journalistes incriminés et je ne vais pas jeter la première pierre aux pasionarias vengeresses (au fait, pasionaria, ça existe en version masculin.e.?). Par contre, même à moindre échelle, la question de savoir si nous, les blogueurs sur le thème du poker, avons pu être auteur.e ou victime d'un engrenage similaire?

En fait, après avoir remonté les fils d’actualités de mes confrère.e.s de l'époque, potentiellement oui. Moi, le premier, j'ai, à plaisir, conchié mon sémillant septuagénaire breton, insulté un président de ligue dans la tourmente, brocardé des filles perdues dans la télé-réalité poker et j'en passe certainement des meilleurs.

J'ai vu ma délicieuse apôtre de Bercy se faire malmener à son tour et ma walkyrie plantureuse se faire railler de manière, pour le moins, dégueulasse.

Potentiellement oui. Victime et bourreau. Ce n'est pas l'apanage des milieux CSP+ parisiens ou les CQP- ruraux ou banlieusards

Pardon Papi JL, sans rancune

PS : j'avais oublié ce blog...je ne prends presque plus le train mais j'ai essayé l'inclusive. Ca fait moche non? faut que j'en parle à parent1

samedi 11 février 2017

Pour changer du poker, la belote.

Pour changer du poker, j'ai joué un tournoi de belote organisé par le fc Morins, le club de foot du village de Les Moeres.
Cela devait faire bien 25 ans que je n'avais pas participé à un tournoi, la dernière fois, c'était avec mon père dans les soirées organisées par un café d'Audruicq.
Une vingtaine d'équipes pour un tournoi en cinq parties de 12 levées. Le classement ne se fait pas au nombre de victoire mais au nombre de points total. Des équipes de joueurs, des équipes d'anciens du village et des équipes d'occasion. Une des animations traditionnelles des petits villages du nord.
Le tournoi démarre à 15 heures, nous sommes l'équipe 7 et nous rencontrons une équipe qui semble écumer tous les tournois du week-end de la région. Ça demarre plutôt mal puisque à la 5 ème levée terminée, nous sommes menés de 600 points après avoir subi un carré de 10 et n'avoir eu aucun jeu. La sixième levée se finira sur un litige qui met 101 points en balance pour la levée suivante. Nous faisons capot et empochons  353 points. Le combat changea d'âme, l'espoir changea de camp. Nous finissons sur une tombée de l'adversaire et les coiffons de 40 points avec 1340. 3ème après la première partie.
Pas de suspens sur la deuxième que nous menons du début à la fin avec 1597 points à la fin. Partie marquée par une erreur de jeu de nos adversaires qui nous fait marquer 162 points d'un coup. Nous sommes premiers aux termes des deuxièmes parties.
Une troisième partie haute en couleurs avec des adversaires en mode tilt ou space complet. Ils ont du jeu mais on est bien servi pour emmerder le monde. Quand la discorde s'installe chez eux, on en profite pour leur mettre un capot et deux fois dedans. On finit loin devant à plus de 1500 pour moins de 700 en face. Nous sommes deuxième au général, dépassés par une paire qui fait plus de 2000 sur cette troisième partie.
La quatrième partie fut un calvaire. Face à une équipe qui n'avait pas gagné la moindre partie, nous prenons le bouillon rapidement. Un carré de 9 nous fait recoller et reprendre espoir mais la suite fut du même acabit. Et l'estocade finale en capot conclut ce chemin de croix. 933 points et quatrième au général.
Il nous reste alors à jouer la dernière manche et, surprise, nous jouons contre nos amis du bureau (avec qui nous faisons également le tiercé dominical). Drôle de dernière partie. A toi, à moi, c'est serré jusque les trois dernières levées. Notre adversaire ne résiste pas à un valet tournant alors que j'ai une main pleine, me coupe un 100 belote et est dedans. Si j'avais pu le prendre, peut être que le capot était possible. Une prise réussie et une tombée en douzième levée nous assurent la victoire et nous fait finir deuxième à 70  points de l'équipe victorieuse.
Bref l'important était surtout de participer à cette après midi dont l'objectif était de remplir les caisses du club. Histoire de pouvoir, comme l'an dernier, emmener les enfants des équipes de jeunes voir un match dans un stade de ligue 1.

vendredi 30 septembre 2016

J'ai été pianiste dans un bordel

Ne dites jamais à ma mère que j’ai été blogueur, elle me croyait pianiste dans un bordel. J’avais oublié, réellement, j’avais oublié. J’avais oublié que je fus naguère un petit blogueur prétentieux et imbu de lui-même. Il faut croire qu’avec les années et le cap de la quarantaine, j’ai consciemment ou inconsciemment reconnu ces deux caractéristiques assez mal famées et coupé court à cette manie d’écrire dans les trains. Du coup, je peux tranquillement explorer Union magazine et éplucher scrupuleusement les petites annonces, voire (ce qui est moins avouable, reconnaissons-le) lire, filtre de confidentialité bien posé, les pages politiques de Libération… (J’ai dit que j’avais pris conscience de certaines choses et travaillé sur elles mais pas que j’avais tourné la page de  ma concupiscence ou de mon éternelle érotomanie). Il faut croire que certains n’en sont pas encore arrivés à ce point ou que la fangothérapie à laquelle ils s’astreignent pour habituer leurs corps à leurs prochaines destinations finales les maintient, quand même un peu, dans une forme minimum. Pour le reste, Dieu, merci pour eux, il reste Pfizer.
Mais ça m’a fait du bien, l’espace de quelques minutes de lire un article qui a ravivé la langoureuse douleur de la nostalgie. Ben si, ce n’est pas que je suis moins heureux aujourd’hui, mais ce spleen bleuâtre rappelle qu’on a passé de bons moments quand même.
Bref, passé ces quelques minutes de rêveries éveillées, la triste réalité de la chose revient ventre à terre (euh, oui, j’ai aussi été coupable d’un certain relâchement alimentaire et d’un arrêt du sport trop brusque). A vrai dire, ma misanthropie naturelle, elle, ne s’est pas améliorée.
Quoi de neuf sous le soleil, quelle différence avec les nombreuses publications (Internet ou journalistique) comportant des caricatures des huns ou des zotres ? Aucune, ça fait rire les uns et énerve les autres mais ça fait pas avancer le schmilblick. Ah ben si, j’ai refait un article. A peine 350 mots, mais un article quand même…rassurez-vous, ça sera comme  beaucoup de choses… ça me passera avant que ça me reprenne.
Allez, la bise hein

vendredi 5 février 2016

La faute à Georges

Le vénérable Georges, que j’avais comparé jadis au vénérable Jorge de Burgos vient de commettre à nouveau un de ses éditos dont lui seul a le secret ! Si si, c’est plus le monde des bisounours, c’est de la méthode Coué dans sa forme la plus primaire (venant de Georges, hein, plus rien ne me surprend) ! Le monde change, le monde s’adapte, évolue pour survivre, mais Georges (et LivePoker), non !
 
Le Poker serait déconnecté de la réalité ? Pas de problème saint Georges monte sur la colline de Clermont Ferrant et appelle les fidèles à prendre la croix, à entrer en croisade. Un engramme par ci, un électropsychomètre par-là, le prix de l’abonnement acquitté…plus de problème d’angoisse…tout pour devenir un être clair. A défaut d’être transparent, translucide… pas question d’être lucide non plus, faut pas déconner. Saint Georges ne tardera pas dans un prochain édito à réclamer le statut religieux auprès du fisc comme aux états unis (d’ailleurs, il l’a déjà fait dans un précédent édito).
 
 
Le poker est en prise direct avec la vraie vie, sinistres manipulés ! Y compris celle des pauvres appelés « classe moyenne »…ça fait peur, non ? L’ascenseur social a été réinventé. Force est de constater qu’il n’a pas tort.
 
C’est un bel exercice d’onanisme auquel on assiste ! La bible, le nouveau testament, le Talmud, le Coran, la dianétique, France Football, le Kapital, et le blog d’Annesofi en un édito de 20 lignes à peine. Le monde du poker est immortel, satanés impies !
 
 
A défaut de reprendre le Saint Sépulcre, il convient de prendre son saint prépuce pour une lanterne non plus.
 
Tel Pierre l’ermite, il tente de convaincre la masse de plus en plus restreinte des annonceurs de continuer à financer sa passion (Livepoker, suivez un peu svp) en achetant des pages entières de publicité. Allons donc, le poker « représente à merveille les enjeux économiques de notre société»…on en frémit de contentement ! Les riches de plus en plus riches et les pauvres…ben de plus en plus pauvres. Las, le fossé se creuse ? Pas grave, comme le disait Renaud « au bourgeois tu leur fileras des cancers à tour de bras et aux prolos des ulcères parce que c’est un peu moins cher… » D’ailleurs, lui et son officine n’ont de cesse de mettre en avant des tournois à prix social…ben oui quoi, 500 euros, c’est donné, non ? Mais soyez rassurés, Ô franchises achetant des encarts ! Georges n’a de cesse de mettre en avant vos produits. Le fait que vous achetiez des parutions n’est que fortuit. Ne soyons pas mesquin.
 
Ok, je fais des raccourcis. Mais, pute borgne, c’est mon blog et je fais ce que je veux !
 
Bref, le meilleur est à la fin. Comme toujours avec Georges le vénérable comme avec le sexe, c’est à la fin qu’on jouit le plus mais faut profiter des préliminaires, sinon c’est bestial. Donc à la fin, il nous parle de Darwinisme…et nous demande de méditer sur la théorie des espèces… ceux qui s’adaptent toussa! Il faut méditer ! Et si tu commençais par toi même et ton fanzine dont le contenu n’a pas évoluer depuis… ah ben depuis sa création en 2005. Jamais Georges n’a justifié autant la comparaison avec Jorge de Burgos. Le nôtre tient Ascalon en main. On est tranquille